Jeune & Jolie, réalisé par François Ozon en 2013, traite de la vie d’une belle fille, Isabelle, qui commence à réclamer sa propre identité sexuelle au travers de la prostitution. Marine Vacth joue le personnage d’Isabelle vers le monde de la prostitution et la blessure psychologique qu’il provoque, et la mère d’Isabelle (Géraldine Pailhas) découvre sa double-vie après un client est mort d’une crise cardiaque. Le film a reçu les éloges pour son portrait stoïque de la manière dans lequel les adolescents éprouvent un éveil sexuel.

Les thèmes principaux sont le passage à l’âge adulte et la maturité spirituelle. En dépeignant le film au travers des quatre saisons, on voit clairement la transformation d’Isabelle tandis que le temps passe. Au début, Isabelle est une vierge, apparemment pure ; pourtant, il est clair que ses pulsions sexuelles ne sont pas remplies. Elle perd sa virginité et elle est insatisfaite, alors peut-être c’était le sexe insuffisant qui l’a conduite à la prostitution. ; c’est certainement un film critique.

Quant à moi, la scène la plus important est à la fin parce qu’il change notre opinion d’Isabelle. Auparavant, on pense qu’elle est impassible et froide, avant qu’elle rencontre la veuve du nouvellement décédé Georges, le client d’Isabelle. Enfin, elle est capable d’émotion ; elle pleure, et elle admet qu’elle préfère le sexe lorsque c’est « plus tendre » ou romantique.

D’un autre côté, les scènes concernant le frère d’Isabelle mettent mal à l’aise à regarder car il devient un voyeur. Dans la scène d’ouverture, le frère d’Isabelle l’espionne pendant qu’elle se fait bronzer les seins nus. Plus tard, son frère Victor la regarde secrètement pendant qu’elle se masturbe. Il a seulement environ 12 ans, alors peut-être ces scènes sont une métaphore de la jeune Isabelle étant éclairée sur la sexualité trop jeune.

Bien que je ne m’identifie pas à un personnage, je crois qu’Isabelle est fascinante. Elle devient une prostituée ni pour l’argent ni pour le sexe en lui-même ; elle a pléthore d’hommes qui désirent coucher avec elle, et l’argent n’est pas un problème chez elle. Par conséquent elle est mystérieuse, et on doit supposer qu’elle veut simplement prendre le contrôle de sa propre vie plutôt que d’être étouffée par les espérances sociales.

Le film représente la France bien-sûr ; chaque « saison » du film est séparé par une chanson de François Hardy, une chanteuse française célèbre.  En effet, une critique dit que « les ingrédients sont réunis pour ce film très à « la française » : vacances, repas en famille, milieu bourgeois, écart générationnel, touche d’humour – le tout épicé par les scènes de sexe assez pudiques. » Je suis d’accord avec la critique ici ; beaucoup de thèmes typiquement françaises sont présents dans le film ce qui se combinent que rendent le film comme une imitation de la culture française.

La fin est importante en exposant l’émotion qu’Isabelle est capable de montrer. Toutefois, le directeur ne révèle pas toutes les réponses à la conduite d’Isabelle, et lorsque le film se termine, beaucoup de questions restent sans réponse.

Advertisements